AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 teddy ▽ y’a des noms, des mots dans la vie qui vous ramènent à des lieux, un temps où vous étiez bien, où vous étiez heureux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

fucking face :

avatar : freya perfect mavor

pseudo : gipsy.heart

crédits : lovely kitty (avatar) † tumblr (gifs) † wild heart (signature)

Messages : 63

Date d'inscription : 07/03/2013

MessageSujet: teddy ▽ y’a des noms, des mots dans la vie qui vous ramènent à des lieux, un temps où vous étiez bien, où vous étiez heureux.   Mer 13 Mar - 12:52


marley teddy-norah fitzgerald
† Vous avez de très beaux pieds… Je peux les embrasser si je vous donne de l’argent ?

† more than this
NOM † Fitzgerald PRÉNOM † Marley Teddy-Norah SURNOM(S) † Teddy, Nouille, Blondie, Marlychou ÂGE † 20 ans DATE DE NAISSANCE † le 18 janvier LIEU DE NAISSANCE † Phoenix, USA ORIGINES † américaines NATIONALITÉ † américaine MÉTIER/ÉTUDES † étudiante en psychologie ORIENTATION SEXUELLE † hétérosexuelle SITUATION AMOUREUSE † célibataire invétrée, véritable coincée du coeur GROUPE † sunset street AVATAR † Freya Mavor, la plus belle

† i knew you were trouble
attachante ♤ rancunière ♤ grande enfant ♤ bavarde ♤ espiègle ♤ bordélique ♤ sensible ♤ lunatique ♤ altruiste ♤ possessive ♤ drôle ♤ trop franche ♤ délurée ♤ veut toujours avoir raison ♤ rêveuse ♤ artiste ♤ dynamique ♤ geek ♤ gourmande ♤ protectrice ♤ chiante
† young, wild, & free
PRÉNOM/PSEUDO † gipsy.heart, chloé pour les intimes ÂGE † 16 balais les gens FRÉQUENCE DE CONNEXION † j'suis une geek COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? † je l'ai un peu créé quoi QU'EN PENSES-TU ? † REMARQUES OU SUGGESTIONS ? † jvous n'em DERNIER MOT † je fais une dédicace à mes fesses

Code:
<aze>freya mavor ▽ </aze> m. teddy-norah fitzgerald

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
D'après Wikipédia, le bonheur c'est ça : Le bonheur est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, l'inquiétude et le trouble sont absents.D'après moi, le bonheur c'est toi.


Dernière édition par M. Teddy-Norah Fitzgerald le Mer 13 Mar - 18:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

fucking face :

avatar : freya perfect mavor

pseudo : gipsy.heart

crédits : lovely kitty (avatar) † tumblr (gifs) † wild heart (signature)

Messages : 63

Date d'inscription : 07/03/2013

MessageSujet: Re: teddy ▽ y’a des noms, des mots dans la vie qui vous ramènent à des lieux, un temps où vous étiez bien, où vous étiez heureux.   Mer 13 Mar - 12:53



† young, wild, & free
✎ le 29 mai 2007
« MARLEY ! Espèce de sale petite peste ! Crois-moi, si je t'attrape, tu vas le regretter ! » « Il faudrait déjà que t'arrives à bouger suffisamment la planète qui te sert de cxl pour réussir à te lever ! » Teddy sauta de sa chaise pour échapper aux griffes de Apölyne en même temps que celle-ci bondissait pour l'attraper. La blondinette choisit le repli vers sa chambre après avoir couru à travers toute la maison. Une fois dans son sanctuaire, elle claqua la porte et la verrouilla avant de se laisser glisser le long du battant. Elle les détestait, tous autant qu'ils étaient. L'adolescente hippie coincée dans un corps de femme qui lui servait de mère et qui les avait abandonnés pour suivre un road trip, son père pour avoir tourné la page si rapidement, mais surtout, les deux morues immondes qui lui servaient de belle-mère et de demi-sœur. Si seulement le meurtre était permis... Elle devrait peut-être adresser une lettre au président pour lui demander une permission spéciale, tiens ! " Cher président intergalactique des États-Unis d'Amérique, le pays le plus bandant de la galaxie entière, je m'appelle Marley Teddy-Norah Fitzgerald -mais tout le monde me surnomme Teddy, alors faites pareil- je voudrais savoir s'il serait possible que vous m'accordiez une permission spéciale d'assassinat consenti et consentant des deux côtés, sur la personne -ahem- de ma demi-soeur adorée -AHEEM *désolée, j'ai failli m'étouffer* -. Je sais parfaitement que ce droit vous est accordé par la constitution, alors faites en profiter un peu le peuple. S'il vous plait.
La biche préférée de son bahut vous en remercie d'avance."

Mon Dieu ce que ce serait bon ! Mais c'est justement parce que ça n'arrivera jamais que ce serait aussi formidable, malheureusement. Alors, au lieu de prendre un papier et un stylo pour écrire cette lettre inédite, Teddy-Norah se releva pour allumer sa chaine hifi, poussant le volume au maximum, histoire de couvrir les hurlements de harpie de l'autre mocheté.

✎ le 12 juillet 2009
Teddy-Norah ouvrit les yeux et mit quelques temps pour retrouver et revisser son cerveau, avant de se rendre compte qu'elle ne rêvait pas et qu'il y avait bien un truc qui martelait sa vitre. Elle alluma la lampe de chevet et posa les pieds par terre dans un geste mécanique, se dirigeant vers sa fenêtre. Elle allait l'ouvrir, sauf qu'elle dut se baisser avant, histoire d'éviter le caillou qui venait de la briser. Soudainement bien éveillée, elle prit soin de ne pas marcher sur les éclats de verre pour ouvrir le semblant de fenêtre qui lui restait., et se pencha par-dessus bord. Malgré le fait qu'il soit 2h du matin, qu'il fasse nuit noire et qu'elle ait franchement la tête dans le cul, elle aperçut l'ombre d'une silhouette familière qui trainait dans son jardin. « Ethanaël, espèce de crétin ! T'es au courant qu'il est 2h du mat', que mes dominants sont à la maison et que tu viens de péter ma fenêtre, sombre abruti ?! » Elle ne distinguait que vaguement son visage, et pourtant, elle était persuadée qu'un immense sourire étirait ses lèvres. Pauvre con. Elle allait le lui faire bouffer, son sourire débile. « Moi aussi j't'aime, ma Blondie-Vador. » « Get lost, s'pèce de crevard ! Et arrêtes de m'appeler comme ça ! » « Sinon quoi, darling ? Qu'est-ce que tu vas me faire ? » Teddy garda le silence un instant, triturant ses neurones esseulés à la recherche d'un châtiment qui lui conviendrait. Sauf qu'en pleine nuit, elle n'était décidément pas très productive. Dans ce domaine là en tout cas. *ahem* « C'tellement violent que tu veux pas l'savoir, crois-moi ducon. » Elle l'entendit s'étouffer en tentant de ne pas rire, mais préféra faire comme si rien n'était. Naël s'avança vers le mur et leva la tête. « Bon, c'pas qu'j'aime pas échanger des mots doux avec toi, mais j'peux monter ou pas ? » Teddy haussa les épaules, un petit sourire sur les lèvres. « Si t'as envie de t'éclater la gueule par terre, vas-y, j't'en prie. » Elle savait parfaitement qu'il était déjà monté dans sa chambre des millions de fois comme ça, mais c'était pour la forme, voyez-vous.

✎ le 13 septembre 2011Teddy-Norah claqua la porte de sa chambre et s'effondra le long de celle-ci, les larmes roulant sur ses joues brisant le silence pesant qui régnait sur la pièce. Un flot incontrôlable de pensées tourbillonnait dans son esprit. Elle se souvint du jour où son père l'avait laissée monter sur sa planche de surf pour la première fois. Du jour où il était revenu avec un petit chien, enveloppé dans une couverture, qu'il tenait fermement contre lui. Ou encore de cette fois où il avait surpris Naël dans la chambre de sa fille chérie en pleine nuit, l'un contre l'autre. Ils ne faisaient absolument rien de mal (pour une fois qu'ils préparaient pas un mauvais coup), parlant simplement de tout et de rien, mais le géniteur de la blondinette avait toujours eu du mal à comprendre ce lien étrange qui les unissait. Mais ce soir, rien de tout cela n'avait encore de l'importance. Ce soir-là était différent, et il le serait toujours, maintenant que son père était mort, seule famille de sang qu'il lui restait encore.
Teddy releva la tête et essuya ses larmes d'un revers rageur de la main, se remettant brusquement sur ses pieds. Elle attrapa la première valise qui lui passa sous la main et y entassa des brassées de vêtements dans un mouvement fiévreux, les larmes continuant de rouler silencieusement sur sa peau rougie. Enfermée dans cette bulle de chagrin et de détresse, elle n'entendit pas sa fenêtre s'ouvrir. « Hé blondie, t'es au courant que t'as l'droit de répondre quand je ... Oh putain ! Teddy, qu'est-ce qu'il se passe ? » Il s'approcha d'elle et lui ouvrit les bras. La jeune femme s'y blottit sans se faire prier, heureuse de pouvoir se raccrocher à lui pour reprendre son souffle. Il passa ses bras autour de ses épaules, la protégeant du monde extérieur. Lorsque enfin ses larmes se tarirent, elle releva la tête et ouvrit la bouche pour lui annoncer la mort de son père, mais il posa un doigt sur ses lèvres. Il avait compris. Il savait que le père de la blondinette avait un cancer et, en voyant l'état de Teddy, il avait compris que tout était fini. D'un regard, elle lui fit comprendre qu'elle le remerciait de ne pas l'avoir obligée à prononcer ces quelques mots, comme si le fait de ne pas le dire rendait tout ceci moins réel. Naël lui sourit avant que son regard ne tombe sur sa valise, posée sur le lit. Il la désigna du menton, une pointe de suspicion dans son regard. « Teddy, c'est quoi ce bordel ? » La jeune femme suivit son regard, comme si elle avait oublié l'existence du sac de voyage. Voyant qu'elle n'était pas décidée à répondre, il reprit. « Je rêve ou t'allais te faire la mal sans rien dire à personne ? » « Je... Je peux plus rester à Canberra. Il faut que je change d'air si j'veux pas devenir dingue... » « Et moi dans ce bordel ?! T'en fais quoi de ton super poto, hein ? » Elle plongea son regard dans le sien, pleine d'un espoir suppliant. « Pars avec moi ... Je t'en prie Naël, je pourrais pas continuer à vivre ici. Je sais bien que c'est égoïste ce que je te demande, mais on en a toujours parlé de ce voyage, et... » « Ferme-la, Fitzgerald. Je sais pourquoi tu veux partir, et je sais aussi qu'on s'est juré de jamais s'abandonner. Tu te souviens ? » Un sourire taquin se dessina sur le visage de Naël et, quand elle comprit, elle ne put empêcher les larmes de lui remonter aux yeux, un immense sourire étirant ses lèvres. Il essuya les indésirables du bout du pouce, réduisant la distance qui les séparait. « Ah nan hein, tu te remets pas à pleurer ! T'es beaucoup plus belle quand tu souris ... Et que t'es en maillot de bain. Aïeuh ! » Elle lui avait donné un coup de poing joueur dans l'épaule, heureuse de cette petite parenthèse mettant de côté la disparition de son père. « Tu l'mérites, espèce de pervers. » « Ouais, bah le pervers, il va pas beaucoup dormir cette nuit, parce qu'il va devoir attendre que sa blondasse s'endorme avant de rentrer chez lui pour faire son sac et être de retour à la première heure. » La jeune femme passa ses bras autour de son cou et lui murmura un merci au creux de l'oreille.

✎ le 30 janvier 2013
« Oh merde, merde, merde, merde, merde... NAËL ! Ramène ton boule s'tu veux pas que mon pied atterrisse dessus ! » Les bras chargés de cartons formant une pile quasiment aussi grande qu'elle (sisi), Teddy tentait de faire quelques pas sans se ramasser ou faire tomber quoi que ce soit. Naël arriva en trottinant comme la petite gazelle féérique qu'il était, un sourire moqueur sur les lèvres en la voyant galérer. Oh le con. Il allait le regretter. « Eh mais reste soft, tu vas choquer les âmes sensibles. Et t'oserais même pas toucher à mon cul j'suis sûr. » Il la déchargea de quelques cartons, et il put percevoir son regard mi-blasé mi-tueur. « Rappelle-moi qui t'as foutu une bande de cire sur la jambe pendant que tu dormais ? » Elle haussa un sourcil, un petit sourire satisfait sur les lèvres tandis qu'il lui tirait la langue. « La ferme Fitzgerald. » « Moi aussi je t'aime. » Teddy glissa un petit sourire innocent digne de Blanche-Neige. Naël leva les yeux au ciel en souriant, mais ne renchérit pas. Pour une fois. Il ouvrit la porte et la lui tint avec le pied, la laissant passer. « Magne-toi avant que je change d'avis et que je décide de te la lâcher sur le coin de la face. » « Trop gentil de ta part, mec. » Elle fut tenter l'espace d'une seconde de voir combien de temps il serait prêt à jouer les gentlemen, mais elle se ravisa. Ça lui arrivait tellement souvent, faudrait pas qu'il finisse traumatisé le pauvre petit. Même si elle était sûre qu'il voulait juste admirer son royal fessier grimpant les marches, en fait.
En arrivant dans l'appartement, Teddy-Norah posa les cartons dans un coin et jeta un coup d'oeil du côté des chambres. Lorsqu'elle aperçut l'immense lit dans l'une d'elle, elle lança un regard espiègle à Naël par dessus son épaule et s'élança. Balançant ses chaussures dans un coin, elle se jeta sur le lit, bientôt suivi du jeune homme, qui s'étala comme une crêpe. Ils explosèrent de rire à l'unisson, et ils savaient que c'était là le signe de leur nouvelle vie qui commençait à Sausalito. Tout : leurs problèmes, leur passé, tout ça était effacé, ça n'avait plus d'importance. En réalité, la seule chose qui avait encore de l'importance, c'était eux, et rien d'autre.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
D'après Wikipédia, le bonheur c'est ça : Le bonheur est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, l'inquiétude et le trouble sont absents.D'après moi, le bonheur c'est toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

teddy ▽ y’a des noms, des mots dans la vie qui vous ramènent à des lieux, un temps où vous étiez bien, où vous étiez heureux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [roman-jeu] mot après mot.
» [Guide] Toutes les commandes de chat sur Battle.net
» Le jeu des ANAGRAMMES.
» A qui sont ces mots doux ?
» Idées de noms pour vos nabaztag

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ waste my tears :: step two :: born to die :: welcome to my world-